Bitcoin : la cryptomonnaie préférée des cybercriminels

Bitcoin : la cryptomonnaie préférée des cybercriminels

L’une des applications les plus connues et les plus durables du Bitcoin est son utilisation en tant que monnaie par ceux qui participent aux activités du marché noir sur Internet. En effet, de nombreux utilisateurs du Bitcoin ont interagi avec la crypto-monnaie pour la première fois lorsqu’ils ont décidé d’acheter des produits illicites sur l’un des nombreux marchés disponibles du darknet. Bien qu’un grand nombre de ces marchés aient été fermés par les autorités au fil des ans, cette forme de commerce électronique illicite reste prégnante, avec un milliard de dollars qui devraient être dépensés sur les marchés noirs cette année 2019.

Les transactions visibles publiquement

Bien que le Bitcoin ait la réputation de rendre les flux financiers anonymes sur Internet, les transactions sur le réseau Bitcoin sont en réalité accessibles publiquement. Même si aucune identité n’est réellement attachées à chaque transaction, tout le monde a la possibilité de télécharger les données de la blockchain, dont toutes les transaction effectuées en Bitcoin.

Malgré cet inconvénient de taille, le bitcoin est toujours la crypto-monnaie préférée des cybercriminels, selon l’évaluation annuelle de la menace que représente la criminalité organisée sur Internet (IOCTA) d’Europol . Juste derrière, des altcoins comme le Monero gagne clairement du terrain en mettant l’accent sur le plus haut niveau de confidentialité possible, mais ces crypto-monnaies alternatives n’étaient apparemment pas en mesure de concurrencer le bitcoin dans les domaines clés des effets de réseau, de la reconnaissance de la marque et de la connaissance générale.

« Le bitcoin reste la monnaie la plus utilisée, ce qui résulterait d’une familiarité avec la clientèle », indique un rapport d’Europol.

The Block a récemment obtenu des résultats similaires dans ses recherches sur l’utilisation de la reine des crypto-monnaies sur darknet. L’étude révèle un taux d’acceptation de 91% de Bitcoins sur les 31 marchés noirs analysés.

Cas d’utilisation criminelle de Bitcoin

Selon le rapport d’Europol, les crypto-monnaies telles que le bitcoin jouent un rôle essentiel dans l’économie souterraine et sont utilisées pour la plupart des paiements en ligne entre criminels (C2C).

Les exemples de situations spécifiques dans lesquelles des criminels tirent parti des propriétés des crypto-monnaies incluent les ransomwares, l’extorsion de fonds par DDoS, les cryptojackings et les marchés du darknet.

Le rapport d’Europol ajoute que les fraudeurs en ligne s’éloignent de plus en plus des modes de paiement traditionnels pour se tourner vers les Bitcoins. Il spécule que cette approche conduira à de meilleurs résultats pour les fraudeurs en raison du faible niveau de connaissances que possède généralement le citoyen moyen en ce qui concerne le fonctionnement des actifs de cryptographie. Bien que la situation ne soit pas mentionnée spécifiquement dans le rapport, les nouveaux arrivants dans le monde des crypto-monnaies ne savent souvent pas que les transactions basées sur la bockchain sont irréversibles.

En ce qui concerne les marchés du réseau invisible, le rapport Europol couvre une fracture perçue de l’écosystème.

« Les efforts répressifs de la police, combinés à la poursuite des attaques DDoS, ont eu un impact significatif sur le DarkWeb en termes de méfiance et, au moment de la rédaction de cet article, l’environnement est en pleine mutation », indique le rapport. « L’émergence de nouveaux marchés multi-constructeurs de premier plan est toutefois manifeste, de même que le nombre croissant d’escroqueries. »

Plus tôt cette année, un rapport de Chainalysis a montré une baisse de l’activité du marché du réseau invisible en pourcentage de toutes les transactions en bitcoins ; Cependant, la valeur en dollars du commerce sur le marché darknet alimenté par Bitcoin est toujours à la hausse.

Les cybercriminels utilisent aussi Monero

Monero est le seul altcoin largement cité dans le rapport d’Europl. Une grande partie de la couverture concernant Monero est centrée sur le cryptojacking, où les pirates informatiques placent un logiciel qui exploite la crypto-monnaie pour le compte du pirate informatique sur l’ordinateur de leur victime. Monero est particulièrement adapté à ce type d’activité en raison de ses fonctionnalités de confidentialité et du fait qu’il est encore possible d’exploiter l’altoin dans du matériel conventionnel.

Le rapport d’Europol fournit également une mise à jour sur le niveau d’adoption de Monero par des criminels pour des cas d’utilisation sans crypto-piratage.

« Bien que nous ayons précédemment signalé un petit changement vers des crypto-monnaies plus centrées sur la confidentialité, telles que Monero, le Bitcoin reste la devise de choix pour une utilisation légitime et criminelle », indique le rapport. « Les principaux développements concernant cette tendance concernent les marchés Darknet, dont plusieurs acceptent également Monero ou, dans certains cas, le négocient exclusivement. »

Des échanges «criminels» sont à venir

Dans une section sur les menaces et les développements futurs, le rapport Europol traite des échanges de Bitcoins et de la façon dont ils sont obligés de faire preuve de diligence raisonnable lors de la collecte d’informations sur leurs utilisateurs. Avec l’ entrée en vigueur des politiques liées à la cinquième directive de l’UE sur le blanchiment d’argent (AMLD 5) d’ici fin 2019, Europol s’attend à ce que les utilisateurs de cryptomonnaies souhaitant préserver leur confidentialité financière passent aux systèmes d’échange entre homologues.

«Il est probable que nous assisterons à la montée en puissance des services d’échanges criminels opérant dans le numérique, échangeant des fiat et des crypto-monnaies en dehors du secteur réglementé», ajoute le rapport.

Si l’application de la loi peut rendre les choses plus difficiles pour les criminels qui souhaitent utiliser le bitcoin pour leurs activités non réglementées, il est clair que l’élimination totale de la crypto-monnaie n’est pas un scénario probable, comme l’ont récemment souligné plusieurs législateurs américains . En fin de compte, il est fondamentalement impossible d’arrêter toute activité criminelle sur Internet sans mettre en place un état de surveillance complet.

Source : BitcoinMagazine.com

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *